Navigation – Plan du site
Chronique bibliographique

DE JONG, Lambert, KRUIJT, Dirk. Extended Statehood in the Caribbean. Paradoxes of quasi colonialism, local autonomy and extended statehoood in the USA, French, Dutch and British Caribbean

Emmanuel Jos
p. 189-190
Référence(s) :

DE JONG, Lambert, KRUIJT, Dirk. Extended Statehood in the Caribbean. Paradoxes of quasi colonialism, local autonomy and extended statehoood in the USA, French, Dutch and British Caribbean. Amsterdam : Rozenberg Publishers, 2005.

Texte intégral

1Sous la direction de Lammert de Jong et Dirk Kruijt est paru en 2005 un ouvrage collectif fort intéressant intitulé Extended Statehood in the Caribbean. Il s’agit d’une série d’études relatives aux statuts constitutionnels et à la situation politique des territoires non indépendants de la Caraïbe. La question de Porto Rico est traitée par Jorge Duany et Emilio Pantojas-Garcia, celle des départements d’outre-mer par Justin Daniel, celle des Antilles Néerlandaises et d’Aruba par Lammert de Jong, celle des territoires britanniques d’outre-mer de la Caraïbe par Peter Clegg et celle de Saint Martin et Sint Maarten par Francio Guadeloupe. L’ouvrage est clôturé par une étude comparative de Lammert de Jong. L’ouvrage couvre ainsi la quasi-totalité des territoires non indépendants de la Caraïbe.

2Il ne manque à ce panorama, pour qu’il soit complet, qu’une étude portant sur le cas des Iles Vierges Américaines. Sainte-Croix, Saint Thomas et Saint John (total de : 125 000 habitants et 344 km2), anciennes possessions danoises, peuplés en majorité de descendants d’esclaves venus d’Afrique (80 % de la population), ont été achetés en 1917 par les Etats-Unis d’Amérique pour un montant de 25 millions de dollars en raison de leurs positions stratégiques. Ces îles ont un statut de « territoires non incorporés » caractérisé par de larges compétences en matière interne. Le pouvoir exécutif appartient à un gouverneur élu pour 4 ans et le législatif par un Sénat renouvelable tous les 2 ans. Leurs principales ressources sont le tourisme, le raffinage du pétrole, l’industrie pharmaceutique et le textile.

3Les différents auteurs fournissent une série de données historiques, géographiques, démographiques, économiques, sociales et culturelles permettant de mieux connaître chacun de ces territoires.

4Toutefois, comme l’indique le titre de l’ouvrage (Extended Statehood) les analyses portent principalement sur la question statutaire et politique. Les questions de citoyenneté, d’identité, de nationalité, de clivages politiques retiennent en particulier l’attention des auteurs.

5L’étude comparative, particulièrement intéressante, qui conclut l’ouvrage, permet de mettre en relief les différents types de rapports de chacun de ces territoires avec leurs « métropoles » respectives et de faire état des perspectives d’évolution. A la question : quel est le meilleur système ? Lammert de Jong répond : « There is no best system » (p. 182). Il convient, selon lui, de prendre en compte une variété d’aspects. La question est donc d’identifier les critères déterminants d’appréciation dans chaque cas. Il y a là un appel à la réflexion. La lecture de l’ouvrage peut incontestablement y contribuer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Jos, « DE JONG, Lambert, KRUIJT, Dirk. Extended Statehood in the Caribbean. Paradoxes of quasi colonialism, local autonomy and extended statehoood in the USA, French, Dutch and British Caribbean », Pouvoirs dans la Caraïbe [En ligne], 16 | 2010, mis en ligne le 06 mai 2011, consulté le 29 mai 2017. URL : http://plc.revues.org/835

Haut de page

Auteur

Emmanuel Jos

Professeur en droit public

Directeur du CRPLC

Université des Antilles et de la Guyane

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Pouvoirs dans la Caraïbe

Haut de page