Navigation – Plan du site
Recherche en cours

Image de l’Université des Antilles et de la Guyane et communication

Olivier Pulvar
p. 201-202

Texte intégral

1La question de la communication des organisations est en règle générale développée sur des registres privilégiant les aspects d’utilité, d’efficacité, de rationalité, etc. Ainsi, la réflexion sur ces phénomènes touche un problème crucial posé à l’entreprise. Se pencher sur la communication d’une organisation quelle qu’elle soit, revient en définitive à questionner la communication de l’entreprise.

2Bien que tenant compte de ce mouvement général, tant au niveau des perspectives théoriques qu’à celui des pratiques elles-mêmes, peut-on raisonnablement avancer que la communication d’une organisation donnée se résume à celle de l’organisation « entreprise » ?

3Toutes les organisations n’entrent pas, tant s’en faut, dans le prisme de l’entreprise. Une application stricte de ce modèle présente donc certaines limites qui nous paraissent intéressantes à interroger.

4Les divers schémas prêtés à la communication et à l’information par les théories de l’organisation sont en rapport avec un environnement pertinent, en vue de maîtriser l’environnement interne et de s’adapter à l’environnement externe.

5Les théories de l’information et de la communication s’intéressent au processus d’influence entre émetteur-récepteur (toute puissance du premier et / ou autonomie du second), ou bien proposent des modèles d’actions et d’interactions sociales qui se déroulent au sein de l’organisation.

6Se pose cependant une question : si la notion d’environnement (organisationnel, extra-organisationnel, d’information et de communication) avec tout ce qu’elle comporte (d’acteurs, d’histoire, de culture, etc.) avait à voir avec le passage d’une information utile et maîtrisable, à une information incertaine à maîtriser ?

7Dans un environnement où l’information devient une ressource de plus en plus stratégique, où la communication apparaît toujours plus rationnelle, comment évolue un système social comme celui de l’Université ? Sa communication obéit-elle à des tendances scientifiques, ou observe-t-on des orientations de gestion ?

8Poser que l’Université peut communiquer autrement que simplement suivant le schéma de l’entreprise permet de confronter deux visions de la communication. Une vision monolithique exprimée en termes d’efficacité est en effet à distinguer, d’une perspective critique qui rétablit par delà la signification des caractères organisationnels, la dimension humaine dans ce qu’elle a d’aléatoire et, la dimension sociale dans ce qu’elle a d’enjeux, de stratégies, de rapports de force.

9Mais plus encore, à un niveau proprement organisationnel de l’Université (fonctionnement, structures, rapports aux institutions, aux acteurs économiques, etc.), il ne faudrait pas perdre de vue les éléments étrangers au domaine technicien de l’organisation (aspects d’identité, de culture, d’histoire et de lieux).

10Comment l’Université communique avec son environnement passe par ses structures et ses ambitions avouées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Pulvar, « Image de l’Université des Antilles et de la Guyane et communication », Pouvoirs dans la Caraïbe [En ligne], Spécial | 1997, mis en ligne le 01 avril 2011, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://plc.revues.org/778 ; DOI : 10.4000/plc.778

Haut de page

Auteur

Olivier Pulvar

Doctorant en Sciences de l’Information et de la Communication
Université Michel de Montaigne, Bordeaux

Haut de page

Droits d’auteur

© Pouvoirs dans la Caraïbe

Haut de page