Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Bridget WOODING et Richard MOSELEY-WILLIAMS, Les immigrants haïtiens et leurs descendants en République Dominicaine

Francine Gémieux
p. 271-272
Référence(s) :

Bridget WOODING, Richard MOSELEY-WILLIAMS, Les immigrants haïtiens et leurs descendants en République Dominicaine, CIIR, Londres, 2005.

Texte intégral

1Bien plus qu’un ouvrage sur la question migratoire en République Dominicaine, l’étude menée par ces deux consultants en développement et en droits de la personne est un témoignage de l’enracinement et des conséquences du sentiment anti-haïtien qui perdure en République Dominicaine. Au-delà du discours « droit de l’hommiste » auquel on s’attendrait vu la situation humaine dans laquelle se trouvent les Haïtiens et les Dominicains d’origine haïtienne, cette publication de l’Institut Catholique pour les Relations Internationales (CIIR) fait la démonstration que la discrimination contre les Haïtiens est étroitement liée à la discrimination de classe et de race. Les Haïtiens sont victimes d’une discrimination culturelle qui aboutit à une discrimination juridique. Des origines du mal aux perspectives possibles d’évolution de la situation des ces personnes, cet ouvrage décrit fidèlement un état des lieux précis et grave avec quelques notes d’espoir.

2Il existe en République Dominicaine un paradoxe que l’on ressent au fil des lignes : la migration haïtienne est à la fois désirée et réprouvée. Aux campagnes de recrutement (avec et sans contrat) pour la récolte de la canne à sucre et du café ou pour les grands chantiers de construction correspondent des expulsions massives, quotidiennes et chaque gouvernement au pouvoir a eu l’occasion de montrer son indifférence face à la situation de ces travailleurs et de leur descendance. Cette situation paradoxale traduit une hypocrisie généralisée qui remonte au début du XIXème siècle, qui perdure et qui s’est même radicalisée. Le gouvernement dominicain refuse d’enregistrer les naissances d’enfants d’ascendance haïtienne, ce qui lui a valu en septembre 2005 d’être condamné par la Cour interaméricaine des droits de l’homme.

3L’ouvrage de Bridget Wooding et de Richard Moseley-Williams a également le mérite de démentir certaines idées véhiculées dans différents rapports. Il est un amalgame assez tenace qui consiste à considérer les personnes d’origine ou d’ascendance haïtienne comme étant des « illégaux » et de les mettre dans la même catégorie que les travailleurs migrants temporaires sans papiers. Cette association origine/illégalité est recherchée au niveau officiel puisqu’elle permet aux autorités de légitimer les expulsions en masse. Les autorités dominicaines ne tiennent donc pas à faire le distinguo entre les haitianos. Qu’il s’agisse des premiers immigrés haïtiens venus sous contrat ou de leur descendance née sur le sol dominicain, le discours officiel conduit à considérer ces personnes comme des illégaux, des personnes exploitées, des pauvres mais la réalité est toute différente. Les dominicains d’origine haïtienne occupent toute sorte d’emplois dans presque tous les secteurs de l’économie. Il est révolu le temps où invariablement dans les bateys vivaient les Haïtiens et les Dominicano-haïtiens ; aujourd’hui, on y trouve tous ceux que le coût de la vie a réuni. L’étude souligne les efforts de collaboration qui viennent non pas de l’institutionnel mais de la société civile. Le changement des mentalités et des rapports entre individus viendra peut-être de cette nouvelle alliance.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francine Gémieux, « Bridget WOODING et Richard MOSELEY-WILLIAMS, Les immigrants haïtiens et leurs descendants en République Dominicaine », Pouvoirs dans la Caraïbe [En ligne], 15 | 2007, mis en ligne le 06 mai 2011, consulté le 29 mai 2017. URL : http://plc.revues.org/216

Haut de page

Auteur

Francine Gémieux

Docteur en doit public
Membre du CRPLC
Université des Antilles et de la Guyane

Haut de page

Droits d’auteur

© Pouvoirs dans la Caraïbe

Haut de page