Navigation – Plan du site
Notes de lecture

Simeon C.R. McINTOSH, Caribbean constitutional reform, rethinking the west Indian polity

Emmanuel Jos
p. 269-270
Référence(s) :

Simeon C.R. McINTOSH, Caribbean constitutional reform, rethinking the west Indian polity, The Caribbean law, Publishing compagny LTD, Kingston: Jamaica, 2002, 368 p.

Texte intégral

1Voici un ouvrage particulièrement utile pour tous ceux qui s’intéressent aux régimes politiques des Ẻtats de la Caraïbe issus de la colonisation britannique et à leur évolution. Ceux qui étudient ces régimes tant sous l’angle du droit que de la science politique ou de l’histoire trouveront à s’enrichir de sa lecture. Son apport est complémentaire d’études parues antérieurement telles que l’ouvrage de Sir Fred Philips intitulé West Indian constitutions, post-independance reform, (Oceana Publications, INC. London, 1985, 370 p.).

2Outre une courte préface, l’ouvrage comporte une introduction et trois chapitres. L’introduction porte sur la genèse des constitutions des ex-colonies britanniques de la Caraïbe. Elle permet de mieux comprendre l’évolution des territoires concernés vers la pleine souveraineté à travers les réformes constitutionnelles successives. L’analyse met l’accent sur le fait que les constitutions de l’indépendance furent le fruit de la négociation entre les élites locales et le gouvernement britannique sans aucune participation des peuples des West Indies.

3Le chapitre premier, qui représente à lui seul la moitié du volume de l’ouvrage, s’inscrit dans la problématique des rapports entres réformes constitutionnelles et affirmation d’une identité politique caraïbe. Dans ce chapitre, l’auteur nous livre une réflexion très riche sur l’organisation constitutionnelle initiale des Etats étudiés et sur les réformes introduites par la suite. A cette occasion il aborde des questions essentielles relatives aux principes fondamentaux du droit constitutionnel : peuple et pouvoir constituant, républicanisme et monarchisme, présidentialisme et parlementarisme, monocaméralisme et bicaméralisme, scrutin proportionnel et scrutin majoritaire. Chemin faisant, les préférences de l’auteur se manifestent nettement. Le maintien du rattachement à la Couronne britannique lui apparaît par exemple archaïque.

4Le second chapitre traite des déclarations des droits figurant dans les textes constitutionnels. L’auteur dépasse là aussi une approche purement descriptive et propose des analyses intéressantes sur la nature des droits protégés, la place de ces droits dans la hiérarchie des normes, les mécanismes de garantie et les possibilités de réformes dans ce domaine.

5Le dernier chapitre concerne la mise en place de la Cour de Justice de la Caraïbe qui, en tant que cour suprême d’appel, a vocation à se substituer au Judicial Committee of the Privy Council. Sa mise en place devrait constituer selon l’auteur une étape significative dans l’affirmation de la pleine souveraineté et d’une identité politique propre des Etats de la région.

6Centré sur l’idée force de la légitimation des institutions politiques des Etats de la région par un processus que l’on pourrait qualifier « d’endogénisation », l’ouvrage de Simeon C.R. McIntosh constitue un apport intéressant dans l’étude des régimes politiques de la Caraïbe par les informations qu’il apporte mais surtout par les analyses qu’il propose.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuel Jos, « Simeon C.R. McINTOSH, Caribbean constitutional reform, rethinking the west Indian polity », Pouvoirs dans la Caraïbe [En ligne], 15 | 2007, mis en ligne le 06 mai 2011, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://plc.revues.org/214

Haut de page

Auteur

Emmanuel Jos

Professeur de droit public
Membre du CRPLC
Université des Antilles et de la Guyane

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Pouvoirs dans la Caraïbe

Haut de page